Background picture

Portrait d'adhérent : 3 questions à Philippe Pottier, Directeur général de Siem Supranite

  • 16.11.2021

Siem Supranite, c’est l’histoire d’une rencontre franco-britannique : au lendemain de la seconde guerre mondiale, un membre des Forces françaises libres s’associe à des industriels britanniques souhaitant se développer en France ; Siem Supranite est née. La PME parisienne, spécialisée dans la conception de joints et de tresses d’étanchéité, emploie aujourd’hui 50 personnes et fournit différentes industries : chimie, oil & gas, agroalimentaire, militaire et bien sûr, nucléaire. Il y a quinze ans, elle est devenue une filiale du groupe Flexitallic, une « multinationale de poche », indique Philippe Pottier, son Directeur général, que nous avons interrogé.

Quelles sont les activités de Siem Supranite dans l’industrie nucléaire ?

Le nucléaire représente aujourd’hui 30 à 40% de notre chiffre d’affaires ; nous fournissons principalement EDF et ses équipementiers, mais également Framatome et Orano pour ses installations du cycle du combustible. Il faut dire que très tôt, Siem Supranite a été impliquée dans le nucléaire. Nous équipions en effet les générateurs de vapeur des centrales Westinghouse, dont la France a exploité la licence pour construire des réacteurs à eau pressurisée. Nos produits sont donc présents sur tout le parc nucléaire français depuis son origine.

Ce qui fait notre force dans le nucléaire, c’est d’être une entreprise prête à investir sur le long-terme, pour offrir à ses clients les solutions adaptées à leurs besoins, mais aussi à l’évolution de la réglementation : ainsi, nous avons été les premiers à produire un ruban graphite expansé PMUC sans soufre et sans chlore, des éléments qui favorisaient la corrosion des équipements des centrales EDF. De la même manière, nous avons su, avant même l’interdiction de l’amiante, matériau autrefois omniprésent dans toutes les solutions d’étanchéité, développer des produits sans amiante. Ainsi, lorsque l’amiante a été interdite en 1996, Siem Supranite a pu fournir EDF immédiatement.

La deuxième qualité de Siem Supranite, c’est sa bonne connaissance du parc nucléaire français, mais aussi sa proximité et sa capacité d’intervention : Nous avons su construire un réseau d’ingénieurs et de techniciens sur tout le territoire national, de manière à pouvoir conseiller et intervenir sur chaque installation en moins d’une heure. Notre mission, c’est d’offrir aux ingénieurs maintenance des centrales de pouvoir dormir sur leurs deux oreilles, en toute quiétude !

Quelle est l’actualité de Siem Supranite ?

L’actualité de Siem Supranite tourne autour de deux innovations majeures parmi sa gamme de produits : d’une part, le groupe Flexitallic a profité du centenaire du joint spiralé Flexitallic, créé en 1912, pour révolutionner le concept, en proposant un joint qui répond aux besoins du terrain : le Joint Change, qui bénéficie d’une haute reprise élastique, d’un faible serrage et de la robustesse nécessaire à sa manipulation.

D’autre part, Siem Supranite a développé une innovation pour répondre à une demande spécifique d’EDF : l’électricien cherchait un produit capable de diminuer le frottement sur ses robinets, résistant à des irradiations de 4 MGy et PMUC. Pour répondre à ce besoin, Siem Supranite a conçu un kit presse garniture bas frottement : le ruban graphite avec traitement non dispersif Supranite NGN 03 AS, qui permet d’améliorer les performances des robinets installés dans les centrales, en matière d’opérabilité mais aussi de sûreté. Sa spécificité est de diminuer les frottements et de ne relâcher aucun élément lubrifiant.

Quelles sont les perspectives de Siem Supranite à moyen et long terme ?

Nous constatons un véritable changement des mentalités vis-à-vis du nucléaire : ce dernier est aujourd’hui de plus en plus reconnu comme la source énergie bas carbone par excellence. En tant que fabricant de produits déterminants pour la sûreté des installations nucléaires, nous nous devons donc de conserver le niveau de confiance que nous accordent donneurs d’ordres et équipementiers, en maintenant un niveau d’exigence toujours plus élevé.

En France, nous commençons à être approchés sur les projets de nouveaux réacteurs, que cela soit l’EPR2 ou les SMR. Nous avons également commencé à travailler, il y a trois ans, sur des équipements spécifiques destinés au projet ITER.

De plus, nous bénéficions dans le groupe Flexitallic, d’une forte présence à l’international. Nos usines en Chine, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Canada, en Italie, en Belgique ou encore en Thaïlande nous permettent d’avoir une vision très fine sur les marchés européens, nord-américains et asiatiques. Nous exportons beaucoup en Chine, et pas seulement sur les EPR de Taishan. Au Royaume-Uni sur HPC, nous profitons d’une bonne couverture du terrain grâce à notre lien fort avec Flexitallic UK. Nous sommes par ailleurs déjà consultés sur Sizewell. Nous sommes également présents aux Emirats Arabes Unis, aux Etats-Unis et en Pologne.

En bref, le dynamisme que nous constatons actuellement dans l’industrie nucléaire, en France comme à l’international, nous ouvre de belles perspectives.

Nos autres actualités

Comment pouvons-nous vous accompagner ?

Comment pouvons-nous vous accompagner ?

* Champs obligatoires